AMIANTE LE NAUFRAGE

juin 2017

 

Il y a de longues années que l’on observait le verrouillage systématique opéré par les institutions et les politiques en matière de pollution par l’amiante. 

Une nouvelle confirmation est tombée au début de ce mois quand des magistrats chargés des principaux dossiers ont présenté comme un empêchement insurmontable l’incertitude sur la période de la contamination des victimes :
Ils « (…) ont estimé, dans une ordonnance rendue le 9 juin, que « cet aléa dans la date des faits ne pourra pas permettre de conduire des investigations ciblées et efficaces de nature à réunir des charges qui pourraient être imputées à quiconque ». En clair, qu’ils ne pouvaient présenter d’éléments suffisamment précis pour justifier un renvoi des protagonistes devant les tribunaux. »

Conséquence immédiate :
Le 13 juin, le parquet de Paris a estimé dans ses réquisitions dévoilées par Le Monde et dont l’AFP a eu connaissance, « Le diagnostic d’une pathologie liée à l’amiante fait la preuve de l’intoxication, mais ne permet pas de dater l’exposition ni la contamination« .

Quel argument ! Dans tous les cas que je connais, l’exposition est toujours datée et renseignée. Quant à la contamination, pourquoi vouloir rechercher une date précise, d’autant que « Le diagnostic d’une pathologie liée à l’amiante fait la preuve de l’intoxication » ? La preuve de l’intoxication n’est-elle pas le fait le plus important ?

Il est bien connu que la contamination peut être ponctuelle mais peut s’étendre aussi sur une longue période. Il est tout aussi connu que la contamination commence avec l’exposition à ce polluant. Conditionner la réalité de la faute à l’établissement d’une date précise dans, le plus souvent, un long processus d’empoisonnement est un faux-fuyant.

Des dizaines d’années de luttes, d’études et de collecte des preuves. Des victimes par dizaines de milliers… pour ce camouflet :
« Le parquet demande la fin des investigations dans plusieurs enquêtes pénales, considérant qu’il est impossible de déterminer avec certitude quand les victimes ont été intoxiquées, une décision qui pourrait ouvrir la voie à des non-lieux dans une vingtaine de dossiers. (…) »


http://www.ladepeche.fr/…/2602528-amiante-vers-non-lieu-vin…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s